Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XXXVI.

[43

part en laquelle les deux portes fe fermoient, en la mortaife intérieure, eftoit vne lame de fin acier, enclauee fur la bronze Corinthiane.

l’apperçeu d’auantage deux tables d’Aimant Indi- que, amples & efpoiiïes de demye paume, à couleur cerulee, bien licees & bien polies : d’icelles toute refpoifTeur elloit dedans le mur du temple engrauee, à l’endroit auquel les portes entièrement ouuertes, auoient le mur pour fin d’ouuerture.

Par, donques, la rapacité violente de l’Aimant, les lames d’Acier, par occulce & admirable inftitu- tion de nature, patiiïbient celluy mouuement : con- fequemment les portes y eftoient lentement rauies & portées, non toufiours toutesfois, mais feulement l’Aimant fufdit oflé : par la prochaine feiïion duquel l’Acier eftoit de l’obeilTance qu’il a naturellement à l’Aimant abfout & difpenfé, oftees aufli les deux poignées de Scordeon, lefquelles noftre ioyeufe Lan- terne auoit, par le cordon cramoifm, eflongnees & fufpendues, par ce qu’il mortifie l’Aimant & def- pouille de celle vertu attraftiue. En l’vne des tables iufdites à dextre, eftoit exquifitement infculpé en lettres Latines antiquaires ce vers lambique fenaire.

Ducunt volentem fata j nolentem trahunt.

Les deftinees meuuent celuy qui conient, tirent celuy qui refufe. En l’autre ie veis à feneftre en maiufcules lettres elegantement infculpé cefte len- cence.

Toutes chofes fe meuuent à leur fin.