Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


50 COMMENTAIRE.

il paffbit il deftruyfoit tout le pays, & demandoit nou- uelles de Gargantua difant qui ! vouloit combatre contre luy & venger le meurtre quil auoit faift aufditz gos & magos : & en fut le bruyt fi grant quil vint iufques aux oreilles de Gargantua : lequel fut bien ayfe de ouyr parler de fa puiflance : & dift que fl ledit géant vouloit feruir le Roy artus que il luy bailleroit la moytie de fes gaiges que il auoit du Roy Artus. Lors Gargantua print fa maffue & ien va veoir ou eftoit le géant qui neftoit que a cinq petites lieues de Londres ou il auoit affiege vng chafteau & auoit ia tout def- truyt le villaige. Adonc quant Gargantua le veit il le falua, & ledict géant le regarda & luy dift : ceft toy que ie cherche, iamais tu ne retourneras dont tu viens : mais maintenant feront venges les gos & magos. Adonc le géant qui auoit la veue baffe print vne groffe mafl"ue de boys & cuydoit frapper Gargan- tua : & il frappa vng gros chefne. Alors gargantua le va prendre & luy plia les rains en la forme & manière que Ion plieroit vne douzaine defguillettes & le mift en fa gibeffiere & porta tout mort a la court du Roy artus.

^[ Et ainfi vefquit Gargantua au feruice du Roy Artus lefpace de deux cens ans troys moys &.iiii. iours iuftement. Puis fut porte en faierie par gain la phee, & Melufine, auccques plulieurs aultres lelquelz y font de prefent ^.

FINIS.

I. Ce dernier paragraphe eft remplacé, dans l’édition de 1553, par la conclufion fuivantc :

Quant le roy Artus fceut la venue, il vint au deuant de luy acompai- gne de ces barons « S : cheualiers & luy firent grant chère. Et le roy Artus luy dift que fil vouloit deraourer auccques luy quil le feroit