Page:Rabelais marty-laveaux 05.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


BRESCHEDENS

BREVIAIRE

97

pourueu qu’ils ayent efcus en gibbeciere, voire feuffent-ils tous breneux. » III, 59. Voir Bran.

Breschedens. «… les oultrage- rent grandement, lesappellans… Brefcbedcns… » I, 97.

Brésil. Bois de Brésil. «… deux pièces de boys de forme pareille, l’vne de Ebene noir, l’aultre de 2 ? re/t7incarnat. » 1,314. «…c(ouil- lon) de Brefil. » II, 129.

Bresser (se). Se bercer. «… luy mefmeSj/i ; brejfoit en dodelinant de la tefte… » I, 30.

Bressiner. Haler sur le Bressin, cordage qui sert à hisser et à amener une vergue ou une voile. Voir Jal, Glossaire nau- tique. « Amené, Vretaeque, Brejfine, Vretaeque. » II, 344.

Bretesque. A la Bretefque. Voir p. 3, col. 1.

Breume. Brume. «… fept iours deuant & fept iours après breume iamais n’y a fur mer tempefte. » III, 26.

Bkeusse. Tasse à boire. «… gou- beletz de voler, breujfes de tin- ter. » I, 21. «… vne breujfe ou ilz faulfoient. » 346. «… vne breuffe de odorant Agallochc (vous l’appeliez boys d’Aloes). » II, 270.

Brevaige, Bruvage. « Breuaige éternel parmy… » II, 477. «… ainfi appelloient-ils ne fçay quel bruitage du pays. » III, 106. Voir Bourrabaquin.

Bréviaire, Bréviare. «… en vfer (de livres) comme de breuiares à vfage quotidian. » III, 191.

— Bouteille en forme de bré- viaire. « le ne boy que en mon breuîaire, comme vn beau père guardian. » I, 21 et IV, 77. « Bacbuc print le liure d’argent, & pendons que fuit véritable- ment vn liure, à caufe de fa forme qui eftoit comme d’vn

breuiaire, mais c’eftoit vn bre- uiaire vray, & naturel flafeon plein de vin Plialerne… » III, 171-172 et IV, 344. « Vous me donnez. Quoy ? Vn beau & ample breuiaire… Quel breuiaire fuit, certes ne penfoys, voyant les reigletz, la rofe, les fermailz, la relieure, & la couuerture : en laquelle ie n’ay omis à confide- rer les Crocs & les Pies, peintes au delTus… celte figure fus voftre breuiaire pofée me feift penfer qu’il y auoit ie ne fçay quoy plus que breuiare. Auffi bien à quel propos me feriez vous pre- fent d’vn breuiaire ?… Sus ce doubte ouurant ledict breuiaire, i’apperceu que c’eftoit vn bre- uiare, faict par inuention miri- fieque, & les reigletz tous à propos, auec inferiptions oppor- tunes. Doncques vous voulez qu’à prime ie boiue vin blanc : à tierce, fexte, & nonne, pareil- lement : à vefpres & ; complies, vin clairet. Cela vous appeliez crocquer pie. » 186-188 et IV,

347-

Matière de bréviaire. Cette expression revient souvent à propos des citations et des maximes tirées des livres saints : « Crefcite. Nos qui viuimus. Multiplicamini, il eft efeript. C’eft matière de breuiaire. » II, 131. « Il eft efeript, Mihi vin- dictam, & caetera. Matière de breuiaire. » 298. « Beati im- maculati in via. C’eft matière de breuiaire. » 30e. «… contra hof- tium infidias (matière de bre- uiaire.) » 353. «… fi tu non vis dare, praefta quefumus. C’eft matière de breuiaire. » 461. — Dans le passage suivant, matière de bréviaire a le sens proverbial que nous donnons à paroles d’é- vangile : « Cela (dilt frère Ian)