Page:Racine - Les Plaideurs, Barbin, 1669.djvu/50

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



S C È N E   III
Chicaneau, Iſabelle, L’Intimé.
CHICANEAU

Oui, je ſuis donc un ſot, un voleur, à ſon compte ?
Un ſergent s’eſt chargé de la remercier,
Et je lui vais ſervir un plat de mon métier.
Je ſerais bien fâché que ce fût à refaire,
Ni qu’elle m’envoyât aſſigner la première.
Mais un homme ici parle à ma fille ! Comment ?
Elle lit un billet ? Ah ! c’eſt de quelque amant.
Approchons.

ISABELLE

Approchons. Tout de bon, ton maître eſt-il ſincère ?
Le croirai-je ?

L’INTIMÉ

Le croirai-je ? Il ne dort non plus que votre père.
Il ſe tourmente ; il vous…
(Apercevant Chicaneau)
Il ſe tourmente ; il vous… fera voir aujourd’hui
Que l’on ne gagne rien à plaider contre lui.

ISABELLE

C’eſt mon père ! Vraiment, vous leur pouvez apprendre
Que ſi l’on nous pourſuit, nous ſaurons nous défendre.
Tenez, voilà le cas qu’on fait de votre exploit.