Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fabrication de masques munis de filtres de charbon, et destinés à purifier l’air avant son arrivée dans les poumons.

IX.

Sous l’influence d’une atmosphère très chaude toutes les fonctions perdent leur énergie, les facultés morales et intellectuelles languissent. Sous le ciel brûlant des tropiques l’esprit n’est pas moins énervé que le corps. L’homme retrouve son énergie dans les climats moins chauds, tels que les contrées méridionales de l’Europe.

Les climats très froids sont aussi défavorables à l’intelligence que les climats très chauds. Sous un ciel moins sévère, dans les contrées septentrionales de l’Europe, par exemple, les facultés intellectuelles renaissent ; mais elles sont remarquables par d’autres qualités que celles qui caractérisent l’intelligence de l’habitant du Midi.

Dans les contrées chaudes et marécageuses, où la matière végétale morte est exposée à l’action de la chaleur et de l’humidité, surtout à l’embouchure des grands fleuves, sur le littoral des golfes qui reçoivent un grand nombre de torrents, en un mot dans toutes les localités où les eaux douces viennent se mélanger avec les eaux salées, on remarque de funestes influences sur la salubrité générale du pays.

Entre les tropiques, de semblables localités sont très communes, et l’on a constaté que c’est toujours après l’époque des pluies, lorsque le sol commence à se dessé-