Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre xv.
le mirage.

Le mirage à l’île de la Réunion et à l’île Maurice. — Habileté des créoles dans l’observation de ces phénomènes. — Faits étranges que me racontait M. Ch. Desbassayns à l’île de la Réunion. — Le Mirage dans le midi de l’Italie. — La fata Morgana. — Mirage dont l’armée de la Basse-Égypte fut le jouet. — Explication donnée par Monge. — Observations faites pendant l’expédition qui précéda le traité de la Tafna. — Des flamants pris pour des cavaliers arabes. — Mirage extraordinaire observé dernièrement à l’île Ténériffe. — Phénomènes de mirage que l’on peut facilement constater à Paris. — Remarquables phénomènes consistant dans l’exhaussement des objets. — Théorie du mirage.

I.

Un des phénomènes les plus curieux que puissent présenter les jeux de la lumière, c’est bien le mirage, qui nous fait voir dans le ciel, dans les nuages, dans l’espace, à la surface des monts ou des plaines, des pays enchantés, des apparences féeriques.

C’est dans les îles aux montagnes escarpées, sous l’équateur surtout, que ce phénomène est remarquable, et cela se comprend. Le mirage étant produit par la réfraction et la réflexion des rayons lumineux qu’occasionnent les couches d’air de différentes densités, aucun site ne