Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


distances 2, 3, 4, etc., seront 4 fois, 9 fois, 16 fois, etc., moindres qu’à la distance 1. — L’intensité de la lumière varie également avec l’inclinaison de la surface qui l’émet.

La lumière se propage avec une vitesse prodigieuse ; elle parcourt près de 308 000 kilomètres ou environ 77 000 lieues par seconde.

C’est par l’observation des éclipses de Jupiter que Rœmer, astronome danois, est parvenu à déterminer la vitesse de la lumière pour la première fois. La lumière franchit en 8 minutes 13 secondes la distance du soleil à la terre. Or, on sait que les étoiles les plus rapprochées de la terre en sont au moins deux cent mille fois plus éloignées que le soleil : il faut donc plus de trois années pour que la lumière de ces étoiles arrive jusqu’à nous ; quant à celle d’un grand nombre de ces astres que nous pouvons observer, elle doit mettre plusieurs milliers d’années pour atteindre notre globe.

On n’imaginait pas qu’il fût jamais possible de mesurer la vitesse de la lumière par des observations terrestres, lorsque M. Fizeau est venu résoudre cet important problème.

Les expériences de l’habile physicien ont eu lieu entre Montmartre et Suresne, points séparés par une distance de 8 kilomètres et demi. Au moyen d’un procédé de la plus extrême simplicité, il a démontré que le mouvement lumineux parcourait le double trajet d’aller et venir, soit 17 kilomètres, en une durée de temps exprimée par un dix-huit millième de seconde. Ce nombre diffère peu de celui qu’ont donné les observations anciennes, mais un certain défaut de netteté dans les images obtenues laisse