Page:Rameau - Notes historiques sur la colonie canadienne de Detroit, 1861.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ménagé, et plus encore pour les bons exemples et les sages traditions que vous leur aurez laissé.

Telle est la route raisonnable de la fortune par l’économie, et aussi le meilleur emploi que vous puissiez faire de vos économies, en préparant le bonheur et l’avenir de vos familles. Il arrivera en outre, par là, cet autre résultat, c’est que, achetant toujours des terres nouvelles, vous arriverez aussi à vous assurer pour vous et pour vos enfants la prédominance dans le pays ; car ceux qui possèdent le sol, possèdent la force vive d’une contrée, et deviennent forcément les plus influents et les plus nombreux.

En agissant ainsi vous aurez rendu à la mémoire de vos pères le plus pieux et le plus sensible hommage qui puisse réjouir leur âme dans le monde où ils vous ont précédé ; — car vous ne pouvez rien faire de plus utile pour la conservation de votre religion et de votre nationalité, ces deux points essentiels auxquels ils portaient un attachement si sincère et si profond. C’est en effet en asseyant fortement votre importance territoriale dans ce pays, que vous forcerez vos voisins de race étrangère à les respecter et à vous accorder les justes droits qui vous sont dus.

L’amour de la religion et celui de la nationalité se tiennent de près, ne séparez jamais ces deux nobles sentiments. Partout, dans