Page:Reclus - Histoire d'une montagne, 1880.djvu/214

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
205
L’ÉTAGEMENT DES CLIMATS.

velle ; il pénètre dans un autre monde où découverte succède à découverte. Le voilà qui s’arrête devant une herbe odorante qu’il n’avait jamais vue ; un étrange papillon voltige devant lui ; pendant qu’il étudie les espèces nouvelles, plantes ou animaux, ou qu’il cherche à se rendre compte dans leur ensemble des traits de cette nature qu’il ne connaissait pas, un pâtre vient à sa rencontre ; c’est l’homme d’une autre race et d’une autre civilisation ; sa langue même est différente.

En séparant deux zones de climats, la crête de la montagne sépare donc aussi deux peuples ; c’est là un phénomène constant dans tous les pays de la terre où la conquête n’a pas brutalement mélangé ou supprimé les races, et même, en dépit des violences de la conquête, ce contraste normal entre les populations des deux versants s’est fréquemment rétabli. Qu’on en juge par l’histoire de l’Italie ! La splendeur de ce pays fascinait les barbares du nord et du nord-ouest ! Que de fois les Allemands et les Français, attirés par la richesse de son territoire, par les trésors de ses villes, la saveur de ses fruits et toutes ses beautés naturelles, se