Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
294
l’homme et la terre. — chrétiens

vengeresse, heureuse de voir s’accomplir ses prophéties, la secousse morale produite par la chute de Rome retentit dans le monde civilisé comme un écroulement de toutes choses. Un de ceux qui maudissaient la « Babylone » romaine avec le plus de véhémence, saint Jérôme, s’écria du fond de son couvent de Bethléem, aux confins du désert : « Le flambeau du monde s’est éteint, et, dans une seule ville qui tombe, c’est le genre humain tout entier qui périt !


Cul-de-lampe-FK.png