Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/535

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
515
fundu nya land, vinland

« pays de la vigne » ou Vinland, ainsi nommé des vignes sauvages qu’y reconnut l’Allemand Tyrker, l’un des compagnons de Leif. A quelle contrée actuelle doit s’appliquer celle appellation normande ? Si l’on a bien interprété un passage des saga relatif à la longueur des
Cl. Schmid.
cascade de l’oxara dans l’almannagja.
jours d’hiver dans le Vinland, c’est entre le 40e et le 42e degré de latitude qu’il faudrait chercher le lieu de séjour des Viking, c’est-à-dire sur les côtes du Massachusetts[1]. Parmi les divers débris signalés comme fournissant un témoignage de ce grand événement géographique, il en est qu’Horsford a décrit en des termes qui s’appliqueraient aussi bien à des constructions que l’on élevait en Islande vers la même époque[2] ; toutefois, ces monuments sont trop grossiers pour qu’il ne reste pas un certain doute dans les esprits et que la venue des Normands dans les environs de la Boston actuelle ne rencontre beaucoup d’incrédules[3]. Gustaf Storm croit avoir établi que le Vinland est la partie de la Nouvelle-Ecosse qui fait face à Terre-Neuve.

Quoi qu’il en soit, les expéditions des navigateurs normands sur les côtes de l’Amérique du Nord ne furent pas nombreuses, et après les premières années, s’espacèrent de plus en plus. Une inscription runnique, datant de la moitié du onzième siècle, raconte l’expédition malheureuse d’une barque normande qui cinglait vers le Vinland et se perdit « au milieu des glaces, sur la mer solitaire »[4]. Au douzième siècle,

  1. Oscar Peschel, Geschichte der Entdeckungen.
  2. Cornelia Horstord, National geographical Magazine, March 1898, n° 3, pp. 73 et suiv.
  3. Ph. Marcou, Notes manuscrites.
  4. Sophus Bugge, Voir Globus, 22 mai 1902.