Page:Reclus - L’Homme et la Terre, tome 1, Librairie Universelle, 1905.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IRANIE. — NOTICE HISTORIQUE


En tête de chacune de nos études historiques, il serait nécessaire de placer un tableau de la chronologie correspondante, établie d’après les recherches des savants les plus autorisés. Mais les premiers âges de l’Iranie, jusqu’à ses grands conflits avec les rois et les peuples de la Babylonie, de l’Asie antérieure, de la Grèce, ne nous sont connus que dans leurs grandes lignes et nul document ne permet encore de hasarder de dates précises.

On doit se borner à dire, d’après de Morgan, que la première aurore historique de ces contrées se lève, dans l’infini du passé, il y a dix mille années environ. On peut évaluer, avec le même auteur et Terrien de la Couperie, à quarante ou cinquante siècles avant nous l’époque de la grande puissance élamite, alors que les rois du plateau descendaient en maîtres sur les plaines de la Mésopotamie et que leurs peuples émigraient dans la Bactriane, et par delà les monts, dans la Chine lointaine. Les noms propres ne deviennent nombreux et les personnages ne se montrent avec leur généalogie probable et l’époque plausible de leur œuvre qu’aux âges mêmes où la succession des événements commence également à se compter par les années d’ères distinctes, en Babylonie depuis Nabonassar, en Grèce depuis l’institution des Olympiades, à Borne depuis la fondation de la « Ville ». Ainsi Kur, notre Cyrus, qui, le premier, sort de la légende iranienne pour entrer puissamment dans les destinées conscientes du monde, figure déjà dans les tableaux de la chronologie comparée. D’après Oppert, ce conquérant serait monté sur le trône des Perses et des