Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



On voit bien, en Belgique, qu’il y a des frontières : là un canal large de quelques mètres seulement, l’Yser, arrêta les Barbares du XXe siècle pendant nombre de mois, et l’on ne sait encore combien de dizaines de milliers des leurs y ont péri.

En France, la forêt de l’Argonne et les Hauts de Meuse ont résisté à toute la fureur de l’envahisseur dont ils nous avaient sauvés il y a cent vingt ans.

Seulement, la frontière sinueuse qui va de la mer du Nord à la plaine de la Haute-Alsace n’est frontière qu’à force de levées de terre, de tranchées, de mitrailleuses, de canons conseillés d’en haut par des aéroplanes.

Par définition, un cours d’eau quelconque est une frontière, puisqu’il est un obstacle ; on s’en dispute les ponts avec acharnement ; on en construit là