Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus » retentissant. Jamais la France n’eut meilleure occasion de dire aux Germains de Mayence, de Coblence, de Cologne, d’Aix-la-Chapelle ; la maison est à moi, c’est à vous d’en sortir.


XI. Droits à nous conférés par la rapacité de l’ennemi.

Comment traiter les Allemands autrement qu’ils proclamaient faire de nous après la victoire infinie dont ils ne doutaient pas ?

Certes, nous n’abuserons pas du triomphe comme ils se vantaient d’avance d’en user.

Ne nous occupons pas de la haine cuite et recuite d’il y a cent ans : du