Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il importe grandement que Paris, but de leurs désirs fous, soit plus loin de leurs armées, et Berlin plus près des nôtres. De la frontière d’avant 1870-1871 à la capitale des Français on comptait bien près de 100 lieues ; à partir de la frontière nouvelle, les reîtres et lansquenets ont eu trente-cinq lieues de moins à trimer sur les « routes de la gloire ». En Alsace nous rétablirons l’ancienne distance, et plus au nord, sur le chemin des territoires neutres violés, nous ferons plus que la doubler : de 175 à 180 kilomètres à plus de 400. La tentation d’arriver à notre nœud vital par les vallées de la Meuse, de la Sambre et de l’Oise en sera deux fois moins forte, et la réalisation deux fois plus malaisée.

Donc, à, côté de l’intérêt moral qu’a la punition du malfaiteur, qui est en