Page:Reiset - Mes souvenirs, tome 2.djvu/90

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
80
MES SOUVENIRS

troubler les rapports de bon voisinage qui existaient entre les deux pays.

Les Lapons suédois avaient depuis longtemps coutume de conduire leurs rennes dans certains pâturages appartenant à la Russie ; en retour de cette concession, les Lapons russes avaient faculté d’aller pêcher dans les eaux de la Suède. Les pêcheurs russes, voulant donner plus d’extension à leur pêche, demandèrent au gouvernement suédois, comme un droit qui leur était acquis, qu’il leur fit construire des baraques sur ses côtes afin qu’ils pussent s’abriter pendant une partie de la mauvaise saison. Le gouvernement suédois ayant refusé, il s’en était suivi que cet échange qui était utile aux deux pays avait été suspendu, ce qui avait amené une certaine aigreur dans leurs rapports.

L’Empereur, ayant achevé les manœuvres qui duraient depuis plusieurs semaines au camp formé à quelques verstes de Saint-Pétersbourg, se rendit dans l’intérieur de la Russie, et, après avoir séjourné deux jours à Moscou, il partit pour le camp de Vosnessensk afin d’y passer le mois de septembre du style russe.

Le grand-duc Constantin, qui était depuis longtemps grand amiral des flottes russes, fut nommé adjoint au ministre de la marine, le prince Men-