Page:René Benjamin - La farce de la Sorbonne, 1921.djvu/132

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VIII

OÙ L’AUTEUR, APRÈS AVOIR TRIOMPHÉ DE TOUTES LES OBJECTIONS, TIRE AVEC RESPECT SA RÉVÉRENCE AU LECTEUR