Page:René de Pont-Jest - Le Cas du docteur Plemen.djvu/53

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

III

OÙ LE RÉVÉREND JONATHAN SAUVE L’HONNEUR DES PANTON


Miss Rhéa avait dit vrai : M. Deblain songeait, en effet, à rentrer en Europe, et il avait déjà annoncé son prochain départ à master Elias, lorsque, le lendemain même de la dernière exhortation d’Archibald à sa cousine, vers neuf heures du matin, la femme de chambre qui était attachée au service de Raymond vint le prévenir que miss Panton l’attendait pour faire sa promenade quotidienne.

Notre ami était prêt, il descendit de suite, mais, tout surpris de ne trouver dans la cour de l’hôtel, déjà à cheval, que la plus jeune des nièces du digne Jonathan :

— Et miss Jenny ? lui demanda-t-il.

— Ma sœur a une atroce migraine, répondit Rhéa ; elle ne vient pas avec nous aujourd’hui. Cela vous effrayerait-il de sortir seul avec moi ?