Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/105

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs (illustrations).djvu
Les terribles rongeurs se tournèrent vers cette tête.

« Aussitôt l’histoire qui m’avait été racontée à Malacca me revint à la mémoire.

« Nazir s’était levé et venait à notre rencontre. Il se baissa et ramassa le débris humain, qu’il replaça avec le plus grand calme dans un pli de son turban.

« — C’est donc toi l’assassin de ton compatriote ! m’écriai-je.

« — Je n’ai pas assassiné, maître, j’ai puni. Le traître avait trompé ma