Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/150

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ce soir-là, on célébrait l’anniversaire de la naissance de la fille du comte Stanas-Kew, mon maître.

« Cette fille, Olga, n’avait que seize ans.

« Après la fête, poursuivi par de sinistres pressentiments, je me promenai du côté des cases habitées par les esclaves.

« Tout à coup, je crus entendre un chuchotement de voix. Cela me parut étrange à pareille heure.

« J’avançai, j’écoutai, et je retins un cri prêt à s’échapper de ma poitrine oppressée.

« Le chef des Thugs, Feringhea, oh ! je le reconnais bien, allez ! oui, Feringhea était assis au milieu des esclaves !

« Il leur ordonnait la mort de mon maître, l’incendie de l’habitation et le sacrifice d’Olga !…

« Terrifié et contenant mon cœur à deux mains, je voulus cependant écouter jusqu’au bout.

« C’était dans la nuit même que l’horrible projet devait s’exécuter.

« M’enfuir aussitôt sans attirer l’attention des noirs, réveiller le comte et lui apprendre ce qui se passait, tout fut pour moi l’affaire d’un instant.

« Mon maître s’habilla à la hâte.

« — J’aurai le temps d’avertir les autorités, me dit-il. Toi, veille sur Olga !

« Il fit un pas pour sortir.

« Au même instant, des cris confus retentirent au loin.

« — Entendez-vous ? fis-je, la gorge serrée de terreur.

« Il se précipita vers une fenêtre qu’il ouvrit.

« — À moi ! à moi ! s’écria-t-il.

« Hélas ! pas un serviteur ne répondit.

« Tous avaient pris la fuite au premier signal de la révolte des noirs.

« — Il faut sauver mon enfant ! dit le comte avec un épouvantable accent de désespoir.

« — Me voilà, répondit une fraîche voix !

« C’était celle d’Olga que le bruit avait réveillée.

« Vêtue d’un long peignoir blanc, elle se précipita dans les bras de son père !

« Cependant, les cris se rapprochèrent rapidement.

« Ils n’avaient plus rien de l’accent humain.

« C’étaient des hurlements de bêtes fauves.

« — Non ! non ! ils ne nous auront pas vivants ! s’écria le malheureux comte.

« — La lute est inutile, maître, lui dis-je. Déjà la horde hideuse franchit le seuil de la maison. Regardez ! regardez !