Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Elle avait aperçu la pièce d’eau où les cygnes de neige se jouaient au milieu des lotus roses, et voulait aller jusque là.

« Comment lui refuser ? La nuit était tiède et parfumée.

« Ils descendirent les degrés et prirent l’avenue qui, en quelques secondes, les conduisit où voulait aller Ada.

« Le ciel était brillant d’étoiles, la lune haute et dans son plein. Les grands arbres se dessinaient sur l’eau en ombres fantastiques.

« Cela amusait l’enfant qui remerciait Soulami en approchant de ses joues ses petites lèvres pleines de sourires.

« Ils avaient fait ainsi le tour du bassin et se trouvaient juste en face de la maison.

« Soulami marchait à reculons et l’enfant se plaisait à reconnaître de loin la chambre et la vérandah qu’elle venait de quitter.

« — Assez maintenant, dit la mère ; si mon mari rentrait, nous serions grondés.

« — Pas encore, répondit l’Hindou ; voyez comme cette promenade fait du bien à votre enfant !

« Et il s’éloignait toujours, pressant doucement Ada sur son cœur et les yeux fixés sur lady Melvil à laquelle sa fille tendait les bras en souriant.

« Ils arrivèrent ainsi jusqu’à la grille qui donnait sur la campagne. La forêt était à cent pas. Cette grille était ouverte.

« — Où allez-vous, Soulami ? dit la jeune femme en voyant l’Hindou franchir le seuil de la porte et ne pas la quitter du regard.

« — Plus loin, plus loin encore, dit le serviteur.

« Lady Melvil se prit à trembler.

« — Mais non, rentrons, je le veux. Tenez, Ada a peur !

« Elle voulut prendre sa fille dans ses bras.

« L’Hindou, qui marchait toujours à reculons, fit un bond en arrière et mit une certaine distance entre la femme de son maître et lui.

« Puis il jeta les yeux aux alentours.

« La campagne était déserte. La maison se perdait déjà derrière les arbres du jardin. La forêt était à quelques pas seulement. La pureté de l’atmosphère, et l’éclat de la lune en rendaient les ombres plus épaisses.

« Lady Melvil s’était rapprochée.

« — Mais je veux mon enfant, ma fille ! Soulami, je vous en pris. Qu’avez-vous donc ? Pourquoi me regardez-vous ainsi ?

« L’Hindou continuait à s’éloigner. La jeune femme, la voix pleine de sanglots, s’attachait à ses pas.

« Ada se débattait dans les bras de Soulami ; elle pleurait, poussait des cris, appelait sa mère.