Page:René de Pont-Jest - Le Serment d’Éva.djvu/274

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

façon, vous aurez toujours sous la main de quoi vaincre le mal. Toutefois, n’employez ce moyen qu’après avoir pris l’avis d’un médecin et quand il vous aura montré comment il faut s’en servir. La morphine est un anesthésique d’une puissance surprenante, mais qui doit être administré adroitement et dont l’abus peut avoir des conséquences terribles. Je compte donc sur votre prudence et je vous demande votre parole de ne pas en user sans l’autorisation et l’aide du docteur qui vous soignera.

— Je vous le promets et vous remercie.

Elle avait prononcé ces mots en prenant l’enveloppe que lui tendait M. Pagani, et une demi-heure plus tard, après avoir examiné curieusement un mignon instrument de cristal et d’argent que Jeanne avait rapporté de chez le pharmacien, en même temps qu’un petit flacon qui semblait ne contenir que de l’eau claire, elle faisait placer les deux objets, enveloppés dans l’ordonnance, au fond de son coffret à bijoux.

Le surlendemain, Mme Daltès partit pour Rome complètement remise, mais toute triste. Gilbert lui avait annoncé qu’il ne pourrait pas venir la rejoindre avant six semaines au plus tôt, ses travaux le retenant à Paris, et la perspective de cette longue séparation lui avait rappelé l’horrible adieu de son père.

Heureusement que, par le même courrier, son amant lui avait envoyé de nombreuses lettres pour les amis qu’il avait dans la ville sainte et que, parmi ces lettres, il s’en trouvait une particulièrement in-