Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/272

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


cuté, arrogant et insolent dès qu’il se sent protégé. Les nobles efforts des israélites européens pour améliorer l’état moral de leurs frères d’Orient sont eux-mêmes la meilleure preuve de l’infériorité de ces derniers. Sans doute la détestable organisation sociale de l’Orient est la première cause du mal ; mais l’esprit du judaïsme exclusif y est aussi pour beaucoup. Le régime du ghetto est toujours funeste. Or, je le répète, les pratiques du pharisaïsme et du talmudisme faisaient de ce régime de réclusion l’état naturel du peuple juif. Le ghetto a été pour le juif moins une contrainte venant du dehors qu’une conséquence de l’esprit talmudique. Toute race y aurait péri, et la façon dont le peuple juif a résisté à ce genre de vie délétère prouve éminemment la force de sa constitution morale.

Il n’est pas d’esprit élevé qui ne doive éprouver une haute sympathie pour une race dont le rôle en ce monde a été si extraordinaire, qu’on ne peut en aucune façon concevoir ce qu’eût été l’histoire de l’espèce humaine si un hasard eût arrêté les destinées de cette petite tribu. Dans le jugement de la crise terrible que traverse le peuple juif vers le commencement de notre ère, crise qui amène, d’une part, la fondation du christianisme, de l’autre, la ruine de Jérusalem et le talmudisme, bien des injustices sont à réformer.