Page:Renan - Melanges Histoires et Voyages,Calmann,1878.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rien qui surprenne. Manéthon n’étant en défaut sur aucun des points où l’on peut le contrôler, pourquoi rejeter son témoignage sur cette partie ? Je ne nie pas cependant que des réductions plausibles en apparence ne puissent ici être proposées. Plusieurs savants croient qu’il est possible que Manéthon ait présenté comme successives des dynasties partielles simultanées : possible, assurément ; mais des faits presque démonstratifs établissent que cela n’est pas.

Et d’abord, dans la partie de la liste de Manéthon qui se rapporte aux temps postérieurs à l’invasion des Pasteurs, nulle trace de dynasties simultanées présentées comme successives. Pour cette partie, nous avons le contrôle perpétuel des historiens grecs, hébreux, et des textes hiéroglyphiques. Loin que Manéthon, dans cette partie, cède au penchant d’allonger sa liste en mettant bout à bout des dynasties simultanées, on le voit au contraire suivre dans la formation de son canon royal un principe strictement « légitimiste », c’est-à-dire qu’il n’admet à un moment donné qu’une seule dynastie légitime, même quand il y a eu d’autres dynasties tout aussi réellement existantes. Manéthon, en d’autres termes, a déjà fait sa réduction, et ce qu’il nous présente n’est qu’une liste réduite, à peu près comme la liste classique des rois de France à l’époque mérovingienne omet des rois tels que Gontran, qui ont aussi bien régné que Clotaire ou tout autre, mais qui ne sont pas nécessaires pour dresser une série ne laissant aucun vide, ou bien encore de même que la liste des papes, selon le système ultramontain, exclut les papes de l’obédience française. Ce

    dans le grand temple d’Abydos par M. Mariette, et qui est encore à sa place primitive.