Page:Renard - Le Coureur de filles.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
112
LA DEMANDE

— Qu’est-ce qu’il t’a dit mon Henriette ?

— Il m’a rien dit.

C’était trop fort. Une semblable indifférence stupéfia M. Repin même. Il fut d’avis qu’il fallait renouveler l’essai.

Donc, au premier déjeuner, le café pris d’une manière hâtive, M. Repin, sous le prétexte d’une course pressée, se leva de la table. Mme Repin et Mlle Marie disparurent vite dans la cuisine. Mais cinq minutes après M. Gaillardon les rejoignait.

— Est-ce que je vous fais peur ? dit-il à Mlle Marie.

Elle était à ce point interdite qu’elle ne trouva rien à répondre.

— Faudrait pourtant vous habituer à moi, ajouta M. Gaillardon.

Mme Repin intervint.

— C’est comme ça que vous laissez mon Henriette ?