Page:Retinger - Le Conte fantastique dans le romantisme français, 1909.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— i8 —

la littérature française fût en décadence, et il la voulaient renouveler en s’inspirant de ce qu’i y avait de plus brillant à cette époque, des deux littératures qui étaient alors à leur plus haute période : la littérature anglaise et la littérature allemande. Dans l’une et dans l’autre, les contes, les histoires et les romans merveilleux jouaient un rôle très considérable, et formaient tout un genre à part, très riche et très apprécié. Sans doute la France avait été la première à introduire dans la littérature le conte fantastique avec Le Diable amoureux de Jacques Cazotte. Cependant c’est à l’étranger, et particulièrement en Allemagne, qu’oublié dans son pays d’origine, ce genre se développa et gagna un terrain de plus en plus vaste. Oui, le Diable amoureux (1772) a été le premier conte fantastique proprement dit, car toutes les autres œuvres semblables, le comte de Gabalts (1681) de l’abbé de Montfaucon de Yillars par exemple, ou le Monde Enchanté (1694) de Baltazar Bekker sont seulement (comme les sous-titres l’indiquent ) ou des « entretiens sur les sciences secrètes », ou « l’examen des communs sentiments