Page:Retinger - Le Conte fantastique dans le romantisme français, 1909.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


révoltée, fière de sa propre force et qui lutte contre ces puissances supérieures en s’alliant à d’autres forces surnaturelles, le plus souvent mauvaises. Il en résulte que le conte de fées est serein, poétique, gracieux, doux comme le ciel du Midi, qui le voit naître, tandis que le conte fantastique est plus volontiers cruel, sauvage, effrayant et froid comme les rochers du Nord d’où il vient. C’est le romantisme qui a introduit le fantastique dans la littérature française, l’a traité comme un genre particulier et lui a imprimé son caractère original. Après le romantisme, le conte fantastique se mêle à d’autres genres littéraires, et se modifie dans son fond par l’introduction d’un élément nouveau : tout d’abord nous avons vu agir sur la destinée humaine des personnages merveilleux qui avaient conscience de leur volonté -, désormais nous allons voir paraître des forces naturelles, aveugles, inconscientes d’elles-mêmes, et obscures pour l’auteur.

Le conte fantastique dans le romantisme français est quelque chose de bien délimité, un tout distinct qui mérite une étude particulière.