Page:Revue d’économie politique, 1887.djvu/643

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tion que j’en ai donnée, j’ai dû commencer par la fin. Je reviens au commencement.

La première section est intitulée : Théorie de l’économie publique (staatswirthschaft) considérée comme partie intégrante de la théorie, de l’économie nationale (volkswirthschaft). Là est exposée la pensée dominante de l’auteur. Il s’agit de fonder une théorie vraiment scientifique)[1] d’une partie de l’économie nationale que l’on a jusqu’ici regardée que comme affaire de pratique, d’art politique. Les deux forces élémentaires, les deux ressorts de la vie sociale sont l’individualisme et le collectivisme. Le point de départ de la science économique, c’est le besoin. L’homme cherche à satisfaire ses besoins avec le moindre effort possible, et il comprend que certains de ces besoins ne peuvent être satisfaits convenablement que parla collectivité, par l’État. Ces deux tendances, ces deux forces élémentaires, sont à un égal titre l’objet de l’économie politique. M. Emile Sax prend soin de faire remarquer qu’il n’emploie pas le mot collectivisme dans le sens qu’il a aujourd’hui en France, et il tient pour fort juste la définition qu’en a donnée Littré dans le supplément de son dictionnaire : « doctrine sociale qui, supprimant la propriété individuelle, la remet tout entière ontre les mains de l’État, de la société. » Je sais gré à M. Emile Sax d’avoir nettement déclaré que le collectivisme n’est autre chose que le eommunisme. En résumé, il s’agit d’une théorie des phénomènes économiques d’ordre collectif qui comprend, comme nous l’avons vu, la détermination des cas où le but à atteindre est l’affaire de la collectivité (collectivistische Zwecksetzungen) et les phénomènes économiques qui en résultent pour y arriver (Die Vorgænge ökonomischer Realisirung aller Collectivlebenszwecke).

Tout auteur qui a la prétention, plus ou moins fondée, d’inau-

  1. On pourrait mettre : rigoureusement scientifique. C’est ainsi que je crois devoir traduire cette impression de l’auteur : exacte Théorie, et plus loin (toujours dans le § 1) : exacte wissenschaft. Je ne pense pas qu’il ait entendu faire, soit de l’économie politique en général, soit de la branche de cette science dont il s’occupe, une science exacte, dans le sens technique que nous donnons à ce mot, pour désigner les sciences exactes, la mathématique, comme dit Auguste Comte. M. Emile Sax, dit en effet en note : « Je prends le mot dans un sens que tout le monde comprend. » Or, en allemand surtout, ce mot, dans les discours ordinaires, a le sens de : rigoureusement vrai, de susceptible de démonstration. Mais les sciences morales ne sont pas rigoureuses, comme les sciences exactes proprement dites.