Page:Revue des Deux Mondes - 1829 - tome 1.djvu/134

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
120
VARIÉTÉS.

difficultés que nous parvînmes à nous faire jour à travers la foule, et que nous pûmes prendre, dans l’église, les places qui avaient été assignées aux officiers anglais. Je n’ai pas besoin de décrire la cérémonie : c’était la pompe glorieuse d’une parade militaire unie à la magnificence du culte catholique, aux concerts d’une musique brillante, et aux fumées de l’encens ; on entendait les acclamations de tout un peuple, et l’on voyait se déployer tout le luxe usité en pareille occasion.

Au milieu des émotions que produisait sur nous ce spectacle imposant, nous fûmes tout à coup frappés, mon compagnon et moi, d’un étonnement qui neutralisa toutes nos autres sensations ; car nous reconnûmes sur-le-champ, dans l’empereur don Pédro, notre intéressant étranger de la veille.

Nous rencontrâmes souvent l’empereur dans nos excursions, il nous rendit toujours gracieusement notre salut. Une fois, il nous arrêta, et nous demanda, avec le sourire sur les lèvres, si nous avions fait quelques additions à notre porte-feuille. La manière peu honorable dont mon ami avait parlé des troupes brésiliennes, ne lui laissa aucune impression fâcheuse ; il lui fit donner, peu de temps après, un poste élevé dans l’armée[1].



  1. The new Monthly Magazine.