Page:Revue des Deux Mondes - 1829 - tome 2.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
259
GÊNES.

lui, des cris nombreux de Vive la république française ! se firent entendre. On entoura le ministre, on l’accompagna jusque dans sa maison, on remplit le vestibule et les escaliers, et on lui demanda de s’intéresser auprès du gouvernement pour obtenir la liberté des deux personnes arrêtées l’avant veille. Le ministre promit de faire cette démarche. Alors la foule quitta la place ; mais ce fut pour se porter au palais, et de là à la salle de spectacle. Le théâtre fut aussitôt fermé, la garde se prépara même à résister si on voulait tenter de forcer les portes ; toutefois on se contenta de briser quelques vitres de chaises à porteur, et tout rentra dans l’ordre.

Ce n’était là que le prélude de scènes plus fâcheuses. Le 22 mai, vers huit heures du matin, le corps des Cadetti, en se rendant au Ponte Reale, où il devait être de garde, fit jouer l’air Ça ira, et l’on vit accourir sur ses pas un grand nombre de curieux, qui s’accrut prodigieusement en chemin. Bientôt les chants accompagnent l’air ; l’enthousiasme naît, on crie Vive la liberté ! et ensuite Aux armes ! Cette foule, composée en grande partie de jeunes gens de tous les états, et très-mal armée, s’établit aux portes principales de la ville, telles que le Ponte Reale, sur le Port, Saint-Thomas et l’Acquasola ; elle occupa également les môles, et les batteries du côté de la mer. Partout la troupe soldée, infanterie et artillerie, qui était de garde, se laissa désarmer sans résistance : plusieurs officiers même et quelques soldats se réunirent aux insurgés. Une partie de l’attroupement se rendit ensuite à la Darsina, ou anse des galères, mit les forçats en liberté, les arma, et les fit marcher avec elle : heureusement que le plus grand nombre était alors hors de Gênes, sur deux galères qui se trouvaient en course.

À onze heures du matin environ, deux cents insurgés, à la tête desquels étaient l’abbé Cuneo et le Bernardin Ricolfi, se portèrent chez le ministre de France ; les deux chefs montèrent seuls auprès de lui. Ils étaient extrêmement échauffés ; ils