Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
NOUVELLES.

bres qui seront disposés à la seconder. Elle se compose de membres résidens, non résidens, correspondans et honoraires. Tous les amis des sciences, étrangers ou régnicoles, quelque éloignés qu’ils soient du siège de la Société, peuvent en devenir membres. Les hommes éclairés de tous les pays peuvent aussi, sans faire partie de la Société, coopérer à ses travaux, qui n’ont pour but que de contribuer au bien-être de l’humanité, en accélérant les progrès généraux des connaissances statistiques. La Société publiera le recueil de ses recherches, les ouvrages qui auront obtenu les prix qu’elle aura proposés, et l’ensemble des documens imprimés ou manuscrits, soit en langue nationale, soit en langues étrangères qui lui auront été envoyés, ou qu’elle aura pu se procurer.

Nous mettrons sous les yeux de nos lecteurs le résumé des travaux de cette utile institution, ainsi que les communications appropriées à notre plan qu’elle nous adressera, et qui ne peuvent manquer d’intéresser vivement tous les amis des sciences et de l’humanité.


ORGANISATION DE LA SOCIÉTÉ.


GRANDS OFFICIERS.
Président d’honneur :

S.A.R. MONSEIGNEUR LE DUC D’ORLÉANS, protecteur.

Présidents honoraires : L.L.S.S. le duc de Cadore : duc de Doudeauville ; comte Siméon, pairs de France ; MM. Le comte d’Hauterive et Jomard, de l’Institut.

Officiers en 1830.

Président : M. le comte A. de Laborde ; Vice présidens : S. S. le comte Noë, MM. Le baron Juchereau de St.-Denis, le baron de Mortemart-Boisse.