Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/276

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
264
VOYAGES.

Le nombre des villes est de seize cent cinquante-neuf, et non de deux mille ainsi que le disent MM. de Guignes et Pinkerton. Sur ce nombre, il y a deux cent quatorze grandes villes du premier ordre. Je n’ai compté que dix-huit provinces, ou plutôt gouvernemens, quoique sir Georges Staunton et autres doctes sinologues, en comptent trois de plus, savoir : Ching-King (Moukden), Hing-King (Yenden), et He-Loung-Kiang, qui n’appartiennent pas à la Chine propre. Quelques provinces sont plus riches, plus peuplées, plus étendues que plusieurs puissans royaumes d’Europe.


DÉPENSES ANNUELLES
POUR LE DÉPARTEMENT MILITAIRE.
Provinces Nombre de troupes régulières et irrégulières, y compris les officiers et mandarins militaires. Solde.[1]
King-Sse, la capitale ou la ville impériale 
26,150 434,272 taëls.
Pe-Tchi-Li 
151,000 2,470,807
Chen-Si 
104,000 1,759,677
Chan-Si 
53,000 875,600
Chan-Toung 
35,000 582,814
Kan-Sou 
123,000 2,040,995
Kiang-Sou 
ancien Kiang-Nang
132,000 2,182,707
An-Hoeï 
À reporter 
624,150 10,346,872 taëls.
  1. La paie des troupes se fait de la manière suivante : Un soldat d’infanterie reçoit huit francs par mois, et trois mesures de riz ; un soldat de cavalerie reçoit seize francs et six mesures de riz, outre le fourrage et les différens objets que les habitans doivent lui fournir.