Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 7.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ble à un modeste recueil de poésies qui se présente à nous sous le titre de Souvenirs de guerre [1]. L’auteur, qui ne dit pas son nom, est un soldat de la vieille armée. Ses vers sont quelque peu négligés, mais on y trouve de la vraie chaleur, on y respire bien l’odeur de la poudre. Nous n’osons vraiment pas promettre une grande fortune à ces chants nationaux et militaires qui valent pourtant bien assurément ceux de M. Casimir Delavigne. Et cependant les Messéniennes sont proclamées ouvrage classique par l’Université. Concurremment avec Racine et Corneille, cela se donne maintenant en prix dans les collèges.

JACQUES LEROND

.

  1. Chez Delaunay.