Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 8.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pardonne !) n’en aurait peut-être pas eu le désir. — Vous, monseigneur, eussiez-vous été libre de fuir, eussiez-vous trouvé les corridors de l’hôtel Saint-Paul déserts, et sa porte ouverte, qu’une fois dans la rue, vous auriez été plus embarrassé dans cette ville aux mille carrefours, que le dernier de vos sujets. Vous n’aviez donc que moi ; en ce moment, monseigneur, il m’a bien semblé aussi que Dieu n’abandonnait pas votre noble famille, tant j’ai senti ma force doublée. Je vous ai enlevé, monseigneur, et vous ne pesiez pas plus à mes mains qu’un oiseau aux serres d’un aigle. — Oui, eussé-je rencontré toute l’armée du duc de Bourgogne, et le duc à sa tête, il me semblait que j’eusse renversé le duc, et traversé l’armée, sans qu’il nous arrivât malheur ni à l’un ni à l’autre, et à cette heure, certes, Dieu était avec moi. — Mais depuis, monseigneur, — depuis que vous êtes en sûreté derrière les remparts imprenables de la Bastille, quand, chaque nuit, après avoir contemplé seul, du haut de cette terrasse, le spectacle que ce soir nous regardons à deux ; — quand, après avoir vu Paris, la ville royale, en proie à de telles révolutions, que c’est le peuple qui règne, et la royauté qui obéit ; — quand, les oreilles pleines de tumulte, les yeux fatigués de lueurs, je redescendais dans votre chambre, et que, silencieux et appuyé sur votre chevet, je voyais de quel sommeil calme vous dormiez, tandis que la guerre civile courait par votre état, et l’incendie par votre capitale, je me demandais s’il était bien digne du royaume, celui qui dormait d’un sommeil si tranquille et si insouciant, tandis que son royaume avait une veille si agitée et si sanglante.

Une expression de mécontentement passa comme un nuage sur la figure du dauphin.

— Ainsi, tu épiais mon sommeil, Tanneguy ?

— Monseigneur, je priais près de votre lit pour la France et pour votre altesse.

— Et si ce soir, tu ne m’avais pas trouvé tel que tu le désirais, quelle était ton intention ?

— J’aurais conduit votre altesse en lieu de sûreté, et je me serais jeté, seul et sans armure, au milieu de l’ennemi à la pre-