Page:Revue des Deux Mondes - 1833 - tome 4.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRES


SUR


LES HOMMES D'ETAT


DE LA FRANCE




Troisième lettre




Paris, le 15 septembre 1833,

Un singulier incident s’éleva dans la chambre des députés, pendant la session de 1821. Un officier d’état-major, le colonel Alix, adressa une pétition à la chambre pour engager ses membres à respecter la charte et à abroger toutes les lois qui lui étaient contraires. Jamais pétition n’avait été plus opportune : M. de Villèle était à la veille d’arriver au pouvoir.

Quelques députés s’emportèrent, et coururent, tout irrités, à la tribune pour demander justice de cette insolence. N’avaient-ils pas juré obéissance à la charte, en même temps qu’ils avaient prêté serment de fidélité au roi ? Les croyait-on capables de violer leurs