Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 1.djvu/398

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
394
REVUE DES DEUX MONDES.

LA FEMME.

Que faites-vous ainsi seul et malade, pauvre homme ? Vous paraissez avoir une grande affliction.

SAINT GUILLAUME.

Hélas ! je suis un pauvre misérable qui expie ses crimes passés.

LA FEMME.

Quelles fautes avez-vous commises, mon fils, pour les expier ainsi seul au fond d’une forêt ? Votre pénitence a été dure, pauvre homme !

SAINT GUILLAUME.

Je l’avais méritée.

LA FEMME.

Et vous voulez bien souffrir ainsi jusqu’à ce que la justice de Dieu soit satisfaite ?

SAINT GUILLAUME.

Je le veux avec joie !

LA FEMME.

Patience, ô mon fils Guillaume ! et tu ne regretteras pas ce que tu souffres aujourd’hui. J’ai vu ta peine, et je suis descendue du paradis pour te consoler. Je suis la mère de Dieu. Lève-toi de là, Guillaume, et mets-toi en prière ; bientôt tu recevras la couronne parmi les anges et les saintes, tes sœurs.

SAINT GUILLAUME.

Ô Vierge, mère de Dieu, merci à vous de m’avoir visité. Oh ! merci ! voilà que mon corps est devenu fort et mon âme sereine.

Ne trouvez-vous pas quelque chose de ravissant, à force d’être naïf, dans cette forme vulgaire donnée à l’apparition de la mère de Dieu ? Cette vision à forme si humaine ne vous fait-elle pas l’effet d’un songe d’enfant ? Ne vous semble-t-il pas que c’est un souvenir du jeune cloarec, qui, un jour, lorsqu’il avait sept ans, et qu’il gardait ses moutons sur la montagne par un temps de gelée, en priant dévotement la Vierge dans un trou de fossé, a vu quelque grande dame, qui passait par là, se pencher vers lui avec un doux visage, et lui adresser quelques tendres paroles de consolation et de pitié ? Le moyen, je vous le demande, que l’enfant devenu grand sépare maintenant ce souvenir d’une apparition céleste ?… Ne venait-elle pas réellement du paradis, cette grande dame qui était si bien habillée, si brillante, et qui paraissait avoir si chaud, lorsque lui, pauvre petit, il grelottait sous son habit de berlinge ? Certes, la mère de Dieu doit être ainsi parmi les anges ; elle doit avoir ainsi pour l’hiver une belle robe de soie avec de douillettes fourrures !