Page:Revue des Deux Mondes - 1838 - tome 13.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROMANCIERS


MODERNES


DE LA FRANCE




XXVII.

EUGENE SUE.

LATREAUMONT



Jusqu’ici M. Eugène Sue, s’était proposé, dans ses romans, de démontrer, ou du moins de mettre en scène, le triomphe du mal. « Atar-Gull, la Salamandre et la Vigie de Koatren, sont, dans la pensée de l’auteur, autre chose que de simples romans, et viennent à l’appui du système qu’il a embrassé. Il est impossible de se méprendre sur les prétentions philosophiques de M. Eugène Sue, car il a pris soin de formuler ce qu’il veut démontrer dans de nombreuses préfaces. Si les principes qu’il croit avoir découverts, et qui lui semblent régir les sociétés humaines, ne sont pas nettement exposés dans les préfaces qui précèdent chacun de ses ouvrages, c’est surtout à la diffusion, à la prolixité de son langage qu’il faut attribuer l’obscurité dont sa doctrine demeure enveloppée. Toutefois, il est permis d’ajouter sans