Page:Revue des Deux Mondes - 1839 - tome 19.djvu/325

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GABRIEL.

ROMAN DIALOGUÉ.

CINQUIÈME PARTIE.[1]

À Rome derrière le Colysée. Il commence à faire nuit.

Scène PREMIÈRE.


GABRIEL, en homme.

(Costume noir élégant et sévère, l’épée au coté. Il tient une lettre ouverte.) Le pape m’accorde enfin cette audience, et en secret, comme je la lui ai demandée ! Mon Dieu ! protége-moi, et fais qu’Astolphe du moins soit satisfait de son sort ! Je t’abandonne le mien, ô Providence, destinée mystérieuse ! (six heures sonnent à une église.) Voici l’heure du rendez-vous avec le saint-père. Dieu ! pardonne-moi cette dernière tromperie. Tu connais la pureté de mes intentions. Ma vie est une vie de mensonge, mais ce n’est pas moi qui l’ai faite ainsi, et mon cœur chérit la vérité !…

(Il agrafe son manteau, enfonce son chapeau sur ses yeux, et se dirige vers le Colysée. Antonio, qui vient d’en sortir, lui barre le passage.)

  1. Voyez les livraisons des 1er et 15 juillet.