Page:Revue des Deux Mondes - 1841 - tome 27.djvu/437

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L'ALGERIE


PAR M. LE BARON BAUDE.




J’interromps un instant les études d’histoire comparée [1] que je veux faire sur l’Afrique septentrionale pour m’occuper du livre de M. Baude sur l’Algérie. Aussi lien, ce livre ne m’écartera pas beaucoup du but de mes recherches, et, en l’examinant, j’aurai encore l’occasion de citer quelques traditions curieuses de l’antiquité sur l’Afrique septentrionale.

M. Baude, autrefois commissaire du roi en Afrique, a pu voir beaucoup de choses et les bien voir ; mais ce qu’il a surtout étudié, ce sont les rapports établis par la géographie entre l’Afrique septentrionale et ses voisins, les migrations européennes, le mélange des populations la vitalité qu’elles gardent ou qu’elles perdent sous le climat de l’Afrique septentrionale, selon toutes ces influences enfin qui sont hors du pouvoir de l’homme, quoiqu’elles aient l’homme pour sujet. Il a cherché à reconnaître

  1. Voyez dans la livraison du 1er mai l’article intitulé : De la Domination des Carthaginois et des Romains en Afrique, comparée avec la domination française ; dans un travail qui sera publié prochainement, l’auteur traitera de la domination des Vandales et des empereurs de Byzance jusqu’à la conquête de l’Afrique par les Arabes.