Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 31.djvu/632

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA DOMINATION ANGLAISE
DANS L’HINDOUSTAN.


IMPRESSION D’UN VOYAGEUR.[1]




Des voyageurs prévenus répètent chaque jour que le joug de l’Angleterre est un bienfait pour les populations de l’Hindoustan. Depuis plus d’un siècle que les Anglais exploitent seuls cette immense contrée, jadis si riche et toujours fertile, ils ont sans doute modifié d’une manière sensible l’état moral et physique des cent trente millions d’habitans qu’ils ont été appelés à gouverner. L’Angleterre, si avancée dans les arts, les sciences, le commerce, l’agriculture, l’industrie, n’aura certainement pas manqué d’en faire partager les avantages à ses colonies de l’Inde, pour lesquelles elle est animée

  1. Ces impressions s’écartent un peu de l’idée qu’on se fait généralement de l’Inde anglaise, comme de l’opinion exprimée à diverses reprises dans la Revue, en ce qui touche la politique de l’Angleterre vis-à-vis de l’Hindoustan. Nous n’en avons pas moins cru devoir les accueillir à titre de renseignemens puisés sur les lieux mêmes, pendant un long séjour, par un homme grave et consciencieux.