Page:Revue des Deux Mondes - 1846 - tome 16.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tomber d’étoile en étoile ? elle se brise enfin, et couvre de ses débris l’univers tout entier. La très-sainte Vierge seule prie encore, et les étoiles, ses servantes, lui sont encore fidèles, mais elle ira aussi où va le monde entier.

LE COMTE.

Marie, veux-tu revoir ton enfant ?

LA FEMME.

Il n’est plus là, il s’est envolé ; je lui ai attaché des ailes, et je l’ai envoyé à travers l’univers s’instruire, s’imprégner de tout ce qui est beau, grand et terrible ; lorsqu’il reviendra un jour, tu l’aimeras, car alors il te comprendra.

LE COMTE.

Tu souffres ?

LA FEMME.

Oui. On m’a fait suspendre au milieu de la tête une lampe qui se balance : c’est pour moi une douleur insupportable.

LE COMTE.

Marie, ma bien-aimée, calme-toi.

LA FEMME.

Malheur au poète, car il ne vivra pas long-temps !

LE COMTE, appelant.

Holà ! du secours ! du secours !

(Plusieurs femmes entrent suivies de la femme du médecin.)

LA FEMME DU MÉDECIN.

Des sinapismes ! des drogues… courez à la pharmacie. C’est vous, monsieur, qui êtes la cause de cet accident… mon mari va me gronder.

LA FEMME.

Adieu, adieu, cher Henri.

LA FEMME DU MÉDECIN.

C’est donc vous qui êtes monsieur le comte ?

LE COMTE.

Marie ! Marie ! (Il l’embrasse et la couvre de caresses.)

LA FEMME.

Ami, je me trouve bien, car je meurs à côté de toi. (Sa tête s’incline.)

LA FEMME DU MÉDECIN.

Quelle rougeur sur sa figure !… le sang a monté au cerveau…

LE MARI.

Elle ne court aucun danger, ce ne sera rien, n’est-ce pas ?

(Le médecin entre et s’approche du canapé.)

LE MÉDECIN.

Vous l’avez dit, ce n’est déjà plus rien, car elle est morte.