Page:Revue des Deux Mondes - 1852 - tome 14.djvu/1188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il alla prendre sur une étagère le vieux Barême et l’apporta au bout de la table, où se trouvaient déjà un encrier, des plumes et plusieurs registres. À la vue du volume recouvert de parchemin, les sourcils grisonnans du passeur se rapprochèrent : un éclair traversa ses yeux, et il parut en proie à une agitation singulière ; mais maître Richard ne s’aperçut de rien. Il s’était mis à relever les chiffres du mémoire où les transports effectués à son profit étaient seuls indiqués, afin d’en composer un total auquel il pût appliquer ensuite les calculs tout faits du Barème ; mais, moitié par préoccupation, moitié par inexpérience, il s’embrouilla, recommença à plusieurs reprises, et finit par jeter sa plume en jurant.

— Que l’enfer confonde tes chiffres ! s’écria-t-il ; aussi, pourquoi m’apporter des calculs à faire quand je ne devrais avoir qu’à les vérifier ? Reprends ton mémoire et établis le compte toi-même.

— C’est facile, reprit le passeur, surtout si maître Richard veut me prêter le livre.

Le grand boisier le lui poussa en se levant.

— Et surtout fais vite, ajouta-t-il. Ce soir, je vais à La Roche, chez le notaire ; il faut qu’à mon retour tu me remettes la note. Demain tu seras payé, et puis plus rien entre nous ; j’achète un bateau pour mes transports, et j’envoie ton bac au diable.

Le passeur reprit le compte avec le vieux Barême et sortit sans répliquer.


IV

Urbain attendait le retour de son père avec anxiété ; mais celui-ci trompa son impatience en lui annonçant qu’il n’avait pu voir seul maître Richard, et qu’il fallait remettre l’explication au lendemain. Il ajouta qu’il s’était assuré un tête-à-tête avec le grand boisier en s’engageant à lui apporter différens reçus promis depuis long-temps, et qu’il fallait réclamer à Marzeau. Ainsi qu’il le pensait, le jeune homme proposa de les aller chercher sur-le-champ et se mit en route malgré l’heure avancée.

Dès qu’il fut parti, le passeur laissa la Claude à la garde du bac et rentra au logis, où il resta long-temps enfermé. Lorsqu’il en sortit enfin, il avait repris ses habits de travail et tenait à la main son harpon nouvellement reforgé. Qui eût pu étudier l’expression de ses traits y eût remarqué quelque chose de plus sombre et de plus résolu que d’ordinaire ; mais la nuit déjà descendue ne permit point à la Claude d’y prendre garde. Lorsque son père entra dans le bac, elle était accroupie selon son habitude, la tête sur ses deux mains et les coudes sur ses genoux. Le passeur ne parut point la voir au premier