Page:Revue des Deux Mondes - 1857 - tome 10.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LOUIS XIV
ET SES HISTORIENS

III.
L’ÉCOLE ADMINISTRATIVE DE LOUIS XIV
d’après les papiers d’état.

Après avoir étudié [1] les actes principaux du gouvernement de Louis XIV, je me suis efforcé d’apprécier les mœurs formées par ce long règne ; toutefois il reste encore une question qu’il faut aborder, et à laquelle il conviendrait peut-être d’assigner le premier rang, si l’importance des entreprises se mesurait toujours dans l’histoire à l’importance des résultats. Qu’on soit en effet plus ou moins sévère pour la politique générale de ce prince, qu’on restreigne ou qu’on étende sa part personnelle d’influence dans le mouvement d’esprit qui fut l’honneur de son temps, on ne se trouve pas moins, durant le cours de cette mémorable époque, en présence d’un gouvernement créateur, assez fécond en ressources pour lasser la mauvaise fortune et pour réparer, à force de persévérance, la plupart de ses fautes. Il faut moins admirer Louis XIV pour les desseins qu’il a poursuivis que pour les forces qu’il a su mettre au service de ses projets. Parmi ses conceptions politiques, plusieurs n’ont eu d’autre effet que d’empoisonner ses derniers jours et de compromettre sa

  1. Voyez les livraisons du 1er novembre 1856 et du 15 février 1857.