Page:Revue des Deux Mondes - 1860 - tome 26.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE BOUDDHISME


ET


SON LÉGISLATEUR




Le Bouddha et sa Religion, par J. Barthélémy Salnt-Hilaire ; 4 vol. in-8°, 1860.




Le bouddhisme, religion de la Chine, de la Mongolie, du Japon, de la Cochinchine, du Thibet, du royaume de Népal et de l’île de Ceylan, compte de trois à quatre cent millions d’adhérens, et il n’y a pas moins de vingt-cinq siècles qu’il tient cette grande place parmi les croyances qui animent et dirigent les hommes. Depuis que les communications entre l’Europe et l’extrême Asie sont devenues plus faciles et plus fréquentes, notre curiosité s’est accrue en proportion des moyens que nous avions de la satisfaire, et nos yeux se sont tournés à la fois vers la Chine, dont on ne saurait méconnaître l’importance nouvelle, et vers l’Inde, où nous retrouvons le berceau de nos races et le secret de nos origines. Tandis que de nombreux voyageurs racontent l’état présent des croyances et des superstitions de tant de peuples devenus nos voisins, des savans, armés des ressources de la philologie, reconstituent l’histoire de ces mêmes croyances, en sorte qu’on peut aujourd’hui les embrasser dans leur ensemble, les suivre dans leurs vicissitudes et apprécier, en les étudiant depuis le point de départ jusqu’aux derniers résultats, L’influence qu’elles ont exercée sur la destinée des peuples qui les ont produites ou adoptées. Servi par des circonstances favorables, le bouddhisme a pris une des meilleures parts dans ces études, qui