Page:Revue des Deux Mondes - 1861 - tome 31.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mon dire sur 1840. « Permettez, ai-je dit, que je garde le mérite de notre impartialité en 1843. Je ne puis douter du travail de votre cabinet en 1840 pour amener ou aggraver notre dissidence avec l’Angleterre. L’empereur en a témoigné hautement sa satisfaction. M. de Barante me l’a mandé dans le temps. Nous n’avons pas voulu vous rendre la pareille en poussant à votre brouillerie avec la Porte. Nous n’avons pas imité 1840, mais nous ne l’avons pas oublié. »

« La seconde dépêche se rapporte aux affaires de Grèce. M. de Nesselrode se félicite du concert des trois cours, approuve complètement nos vues, et me communique les nouvelles instructions qu’il a adressées à M. de Catacazy pour lui prescrire de seconder en tout ses deux collègues et d’agir selon les ordres de la conférence de Londres.

« Je me suis félicité à mon tour de la bonne intelligence des trois cours, et j’ai témoigné mon désir que M. de Catacazy se conformât pleinement aux excellentes instructions qu’il recevait. Insistez sur ce point auprès de M. de Nesselrode. À Athènes, plus que partout ailleurs, les relations personnelles des agens, leur manie de patronage, leur facilité à se laisser entraîner dans les passions et les querelles des coteries locales, ont bien souvent altéré la politique de leurs gouvernemens et aggravé le mal qu’ils étaient chargés de combattre. Il ne conviendrait, je pense, à la Russie pas plus qu’à nous que la Grèce fût bouleversée et devint le théâtre de désordres très embarrassans d’abord et bientôt très graves. Pour que l’action commune de nos représentans soit efficace, il est indispensable que leurs procédés de tous les momens, leurs conversations familières avec la clientèle grecque qui les entoure, soient en harmonie avec leur attitude et leurs paroles officielles. Quand trois grands cabinets se disent sérieusement qu’ils veulent la même chose, je ne comprendrais pas qu’ils ne vinssent pas à bout de l’accomplir, et qu’ils se laissassent détourner de leur but ou embarrasser dans leur route par des habitudes ou des manies d’agens secondaires. C’est pourtant là notre écueil à Athènes. Je le signale aussi à Londres, et je prie qu’on adresse à sir Edmond Lyons les mêmes recommandations.

« Après ces deux dépêches, M. de Kisselef m’a donné à lire une longue lettre particulière de M. de Nesselrode en réponse à notre conversation du 5 avril. J’ai tort de dire en réponse, car cette lettre ne répond point directement à ce que j’avais dit à M. de Kisselef sur l’attitude et les procédés de l’empereur envers le roi et la France depuis 1830. M. de Nesselrode y commence par m’engager à ne plus revenir sur ce qui a eu lieu entre nos deux gouvernemens avant la formation du cabinet actuel. C’est du passé, dit-il, et M. Guizot n’y est pour rien. M. de Nesselrode ne demande pas mieux, lui, que de n’en plus parler et de partir d’aujourd’hui comme d’une époque