Page:Revue des Deux Mondes - 1861 - tome 34.djvu/664

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
LES
ASSEMBLÉES PROVINCIALES
EN FRANCE AVANT 1789


III.

PROVINCES DU NORD.


I. — CHAMPAGNE.

Les assemblées provinciales créées en vertu de l’édit de 1787 n’ont pas eu la même durée que celles du Berri et de la Haute-Guienne[1] ; elles méritent cependant un coup d’œil de l’histoire, car leur courte existence a prouvé qu’elles renfermaient les mêmes élémens de succès. La première instituée fut celle de Champagne.

La généralité de Châlons, qui avait remplacé l’ancienne province de Champagne, comprenait à peu près les quatre départemens actuels des Ardennes, de l’Aube, de la Marne et de la Haute-Marne. Elle se divisait en douze élections, qui forment aujourd’hui seize arrondissemens, et dont les chefs-lieux étaient Châlons, Rethel, Sainte-Menehould, Vitry, Joinville, Chaumont, Langres, Bar-sur-Aube, Troyes, Épernay, Reims et Sézanne. Encore moins peuplée que le Berri, c’était une des parties de la France le plus accablées par les impôts. On y payait 26 livres 16 sols par tête d’habitant, ou près de deux fois plus qu’en Berri, et la différence ne tenait pas à une supériorité de ri-

  1. Voyez la Revue du 1er et du 15 juillet.