Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 45.djvu/957

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE
ROMAN ANGLAIS CONTEMPORAIN

MISS M. E. BRADDON ET LE ROMAN A SENSATION.

Lady Audley’s secret, two vol., London 1862. — Aurora Floyd, two vol., London 1863.

Se citer soi-même est presque toujours assez gauche, et facilement semble prétentieux. Le succès que les ouvrages de miss Braddon ont obtenu chez nos voisins nous oblige pourtant à rappeler les conclusions d’une étude que nous consacrions ici même à la dégénérescence du roman britannique. Nous signalions comme une des branches du free-trade international qui semblait prospérer le mieux l’importation outre-Manche de ces fantaisies dévergondées, de ces témérités de pinceau jadis si amèrement reprochées à notre littérature contemporaine par les maîtres jurés de la critique anglaise [1]. Presque au même moment où nous poussions ce cri d’alarme paraissait un des livres les mieux faits pour le justifier, — le Secret de lady Audley, — et ce livre en est à sa cinquième ou sixième édition. Il était suivi de fort près par un second roman du même auteur, — Aurora Floyd, — qui a rencontré mêmes censures et même fortune. Ces deux fictions cependant n’étaient pour ainsi dire que la contre-épreuve l’une de l’autre. A défaut de l’adultère, sujet à peu près prohibé, qui en est encore à réclamer droit de bourgeoisie dans les reading-rooms, l’auteur a choisi pour ses deux héroïnes, — pour toutes deux, le cas est bizarre, — une situation qui offre à la pensée les mêmes tableaux, éveille les mêmes curiosités,

  1. Voyez la Revue du 1er août 1862.