Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 50.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
280
REVUE DES DEUX MONDES.

main et les jours suivans, jusqu’à ce que j’eusse arrêté un plan de conduite.

Le lendemain, de très bonne heure, le docteur arriva. Il recula en m’apercevant.

— Vous le voyez, dis-je en lui tendant la main, je m’en vais de ce pas au cimetière.

— Que se passe-t-il donc ? dit-il en me faisant asseoir à ses côtés. Ce changement est incroyable ; avouez tout de suite que vous avez commis quelque imprudence, ou bien vous me cachez un gros chagrin ? … Dites-moi la vérité, ma bonne fille…

— Rien, docteur, rien de tout cela.

Il me regardait en secouant la tête, tandis que ses doigts comptaient les folles pulsations de mes artères.

— Venez, docteur, dis-je brusquement ; si vous voulez me sauver, vous le pouvez. Cela ne dépend que de vous… Dites un mot, et votre Madeleine revient à la santé.

— Voyons ! Qu’est-ce que c’est ?… Quelque folie ?

— Oui, une folie, mais une folie inoffensive, qui ne fera de mal à personne, au contraire… Je voudrais voyager… Ne riez pas, docteur ; ce que je dis là est la vérité même. L’ennui me tue ; il dévore mes jours et mes nuits ; un ennui lourd comme le plomb, voyez-vous ? … Vous ne connaissez pas cette maladie-là, vous !

— Si, si, elle a un vilain nom, ma pauvre Madeleine.

— Ah ! la maladie est plus laide que le nom, croyez-le. Docteur, si vous êtes mon ami, vous persuaderez à mon oncle de m’emmener, n’importe où, pourvu que ce soit bien loin, en Espagne, en Italie, en Chine, si vous voulez.

— Allons ! allons ! la chose n’est pas impossible, et le moyen n’est pas mauvais.

— Oui, mais, docteur, il faut que ce soit tout de suite ; je ne veux pas rester ici quatre jours ; je serais morte avant…

— Quel volcan ! Et pourquoi n’arrangez-vous pas cela vous-même avec votre oncle ? Il ne sait rien vous refuser.

— Ah ! mon bon, mon excellent ami, c’est que ce n’est pas tout encore… Il faut persuader aussi à mon oncle que ce voyage, nécessaire pour moi, serait funeste à Louise.

— Mais non ; je ne peux pas dire cela. Louise est fraîche comme l’aurore, et se porte à merveille. D’ailleurs, je la connais, rien au monde ne pourrait la décider à vous laisser partir sans elle, souffrante comme vous l’êtes.

— Voilà ce que je craignais, m’écriai-je avec découragement ; eh bien ! renonçons à tout cela. Autant rester ici et en finir tout de suite.

— Mais, mon enfant…