Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 52.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’AUSTRALIE
SON HISTOIRE PHYSIQUE ET SA COLONISATION

DECOUVERTES ET AVENTURES DES EXPLORATEURS DANS LE CONTINENT AUSTRAL.

I. Australien Exploring Expedition of Burke and Wills. Papers presented to parliament, 1863. — II. Tracks of Mac Kinlay across Australia, London 1863. — III. L’Australie intérieure, par M. Charles Grad, Paris 18&4. — IV. Edinburg Review, july 1862.

Les cartes géographiques qui furent publiées en Europe pendant les deux derniers siècles et au commencement de celui-ci marquaient, dans la partie du globe qui nous est diamétralement opposée, une grande île aux contours mal définis, une espèce de continent tout d’une pièce, sans découpures intérieures, sans fleuves, sans montagnes, presque sans nom, car pendant longtemps on n’appela cette contrée que la terre inconnue, terra Australis incognito. Le hasard des tempêtes ou l’amour des découvertes pouvait seul attirer les navigateurs dans ces parages situés en dehors des routes habituelles du commerce. Par un sentiment assez vulgaire de compensation géographique, on supposait qu’il devait exister au sud de l’Asie un vaste continent destiné à faire contre-poids aux terres de l’hémisphère boréal. Les Portugais, qui explorèrent tout l’archipel des îles de la Sonde de 1511 à 1529, furent peut-être les premiers qui aperçurent les rivages de l’Australie ; mais l’aspect un peu ingrat de ces côtes ne les attirait guère, et d’ailleurs il y avait alors entre les Espagnols et les Portugais une rivalité ardente, qui se manifestait au sujet de toute possession nouvelle. Les renseignemens recueillis à cette époque furent tenus secrets. Il existe,