Page:Revue des Deux Mondes - 1868 - tome 76.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Peu de sciences ont donné lieu à des publications plus nombreuses et plus variées; dans le principe, elles étaient exclusivement destinées au roi et aux seigneurs, mais depuis la révolution le public y a pris goût au point qu’aujourd’hui les livres des Elzéar Blaze, des Toussenel, des Lavallée, des d’Houdetot, sont dans toutes les mains, et qu’un certain nombre de journaux de sport tiennent les amateurs au courant de tout ce qui concerne la science cynégétique. Plusieurs ouvrages importans viennent récemment encore d’augmenter ces richesses bibliographiques.

Le plus important, intitulé Nouveau traité des Chasses, est dû à la collaboration de MM. de Lage de Chaillou, officier de la vénerie impériale, de La Rue, inspecteur des forêts de la couronne, et de Cherville. Écrit pour remplacer le Traité des Chasses que M. de Girardin avait publié sous la restauration, cet ouvrage nous fait connaître les diverses méthodes de chasse en usage aujourd’hui, les procédés employés pour la conservation et la propagation du gibier, pour l’élevage des chiens, en un mot tout ce qu’il importe de savoir quand on veut se livrer à ce genre de sport et pouvoir juger les choses par soi-même. C’est l’ouvrage le plus complet que nous possédions en cette matière, car les auteurs sont par leur position même forcés de ne rien ignorer de ce qui concerne le sujet qu’ils ont traité. Une autre publication qui ne mérite pas moins d’attirer l’attention est l’Histoire de la Chasse en France par M. Dunoyer de Noirmont. Cet ouvrage en trois volumes, œuvre de bénédictin, est un tableau exact des chasses de nos ancêtres, dans lequel on trouve exactement retracée l’image des principaux chasseurs d’autrefois, avec leurs mœurs, leur langage, leurs armes, leurs costumes, leurs chevaux, leurs meutes et leurs faucons. Pour mener à bien son entreprise, l’auteur a dû consulter non-seulement les anciens traités et les chroniques du temps, mais les livres de chasse des principales familles, et chercher des renseignemens jusque dans les archives de l’empire. Quoique moins descriptif que le précédent, le livre de M. Julien, juge au tribunal de Reims, la Chasse, son histoire et sa législation, s’en rapproche à beaucoup d’égards, et expose d’une manière précise l’histoire de la législation sur la chasse en France. Le petit volume publié par M. Cabarrus sur les Animaux des forêts est plus élémentaire, et paraît particulièrement destiné à donner aux gardes forestiers des notions exactes sur les animaux au milieu desquels ils vivent.

C’est en nous aidant de tous ces ouvrages que nous avons entrepris de donner ici une idée générale de la manière dont la chasse s’est exercée et s’exerce encore en France. Bien que le sujet s’y prête volontiers, nous nous abstiendrons d’épisodes, et, nous pla-